Blogeek|Sioc

Geekeries de tout poil

Jour 16 : Liefmans Goudenband

(Belgique)

P1060308P1060311

Observations : couleur brun sombre, presque opaque, avec des reflets cuivrés, mousse fine à bonne persistance
un nez typique des bières lambic, mais cependant plus subtile et équilibré qu’une gueuze pure, on perçoit aussi des notes maltées et une complexité aromatique qui peut faire penser à du vin (vieillissement en barrique)
le goût est bien porté sur l’acidité, ce qui contrebalance bien la force de l’alcool tout en gardant une belle rondeur en bouche
côté arôme, c’est riche et complexe, assez difficile à analyser mais très plaisant, on y décèle des notes de malt caramel, de rhubarbe, de pruneau, de mûre…
la pétillance est très légère, bien dans le style de ce genre de bière

Note :

Mon épouse
(le nez encore un peu pris, elle ne sent pas tout ce qu’elle pressent…)
Moi

Appréciation : Excellente découverte, nous sommes plutôt amateurs de bières lambic, et cet assemblage mixte correspond bien à nos goûts. Le côté acide est très séduisant, et surtout parfaitement maîtrisé et fondu dans les autres saveurs et arômes. On atteint ici pour moi le summum du savoir-faire belge et, qu’on ne s’y trompe pas, je préfère de loin ce genre de bière que le type « abbaye », bien plus commun. Une belle réussite, je pense que je vais essayer de m’en procurer pour les faire vieillir un peu. Pour une bière d’un style traditionnel, elle est vraiment dans le haut du panier : en soi elle est originale, alors qu’il n’y a pas de « bidouille » dans la recette. Je suis assez impressionné.


Jour 15 : St Stefanus Blonde

(Belgique)

P1060306P1060309Observations : couleur blond doré légèrement trouble, mousse fine et persistante
nez malté et propose aussi un arôme acidulé  et épicé ; ça sent la céréale !
le goût est plutôt rond, l’alcool est bien enrobé par le houblonnage. C’est donc un très bel équilibre
les arômes sont riches et complexes, avec notamment une belle palette sur le malt et les céréales, avec une finale chaleureuse apportée par l’alcool et une douce amertume longue en bouche
la pétillance est moyenne, fondue dans les saveurs, ce qui lui donne une texture très crémeuse quand on la garde en bouche

Note :

Mon épouse
Moi

Appréciation : une bière belge de belle facture, suffisamment raffinée pour me séduire, mais qui reste d’un grand classicisme. Je ne peux donc pas lui accorder plus de 3/5, étant personnellement à la recherche d’expériences plus originales. Une nuance : à vérifier sur une dégustation après l’avoir fait vieillir, comme recommandé.


Jour 14 : Mort Subite Kriek Lambic

(Belgique)

P1060305P1060307
Observations : une belle couleur rouge vif, avec une mousse rosée bien crémeuse à grosse bulle, assez persistante
le nez est immédiatement sur la cerise griotte, avec un côté fruit confit/au sirop
en bouche, on a un très bon équilibre entre le sucré et l’acidité, voire l’acidulé, ce qui permet de bien mettre en valeur les arômes de cerise
pétillance légère

Note :

Mon épouse
Moi

Appréciation : C’est toujours un plaisir de déguster une bière lambic, cela faisait longtemps que je n’avais pas bu de Kriek et j’avoue que c’est plutôt agréable. Cette kriek est particulièrement subtile et bien équilibrée et s’avère finalement assez peu sucrée en bouche, ce qui est un bon point d’après moi. En fin de bouche, on n’a que le goût du fruit frais, sans trace de sucre supplémentaire : rafraîchissant.


Jour 13 : Bush de Noël

(Belgique)

P1060301P1060304
Observations : couleur rousse ambrée, presque rouge ; limpide car filtrée ; bulles fines et mousse assez peu persistante
nez à dominante maltée mais laisse un houblonnage plutôt léger. Une impression de fraîcheur se dégage de l’odeur
en bouche, la bière évolue sur différentes phases de dégustation qui s’avèrent très longues en bouche. On commence par une attaque sur du caramel bien cuit et sombre, ensuite une 2e phase plus centrée sur l’amertume, une 3e sur l’acidulé et enfin la finale sur une note d’alcool chaleureux qui les lient toutes ; c’est donc une sorte d’équilibre à 4 temps plutôt enchanteur
des arômes de réglisse et de bonbon sont perceptibles
pétillance bien présente et met bien en valeur la première phase de dégustation

Note :

Mon épouse
Moi

Appréciation : Une bière chaleureuse et ronde qui réchauffe ; un excellent travail de la brasserie Dubuisson dont le savoir-faire n’est plus à démontrer et qui prouve que les belges tireront toujours leur épingle du jeu en matière de bière, même en restant sur du très grand classique.


Jour 12 : Omnipollo Nebuchadnezzar

(Suède)

P1060299P1060300

Observations : couleur blonde légèrement orangée, plutôt trouble bien que sans lie, la mousse est très claire, moyennement persistante et bulles assez grosses
nez litchi-passion-ananas-orange, puissant et que l’on sent de loin ; une explosion d’arômes apportée par les houblons
bière bien sèche en bouche mais très fruitée ; l’amertume se développe progressivement jusqu’à la fin de bouche, on est donc sur un bel équilibre qui met bien en valeur toute la richesse des ingrédients
la pétillance est plutôt légère et laisse le devant de la scène aux arômes et saveurs

Note :

Mon épouse (abstention, enrhubée…)
Moi

Appréciation : Une très bonne IPA que je trouve moins excessive en amertume que d’autres bières du calendrier et qui révèle typiquement ce que j’aime dans ce style, c’est à dire un bon équilibre entre le corps et l’amertume, et une vaste palette aromatique apportée par des houblons toujours plus étonnants. Un délice !


Jour 11 : Straffe Hendrik Quadruple

(Belgique)

P1060297P1060298

Observations : robe marron foncé presque opaque, mousse assez persistante couleur chamois
un nez sur le caramel, voire confiture de fruits caramélisée
le goût est complexe et évolue au fur et à mesure de la dégustation, l’attaque est vive et fraîche, puis un côté acidulé prend le dessus quelques instants, qui s’estompe pour laisser place à des saveurs sur l’amertume et torréfiées. Je trouve que l’alcool se fait étonnamment discret pour une bière à 11°, ce qui prouve une bonne maîtrise de l’équilibre de la bière. La bière tapisse la langue et le palais, stimulant toutes les zones du goût avec une belle harmonie.
la pétillance n’est pas excessive

Note :

Mon épouse
Moi

Appréciation : le style quadruple est assez peu courant et mérite d’être découvert. Cette bière me semble particulièrement bien équilibrée et très plaisante à déguster, révélant de nombreux saveurs et arômes, à boire à petites gorgées pour l’apprécier dans toute sa splendeur.
Une bière consensuelle d’amateurs, qui mélange plein de qualités que toute personne appréciant la bière devrait, selon moi, aimer


Jour 10 : Page 24 Rhub IPA

(France)

P1060295P1060296

Observations : robe pâle légèrement trouble, persistance moyenne, mousse à bulles grosses
nez extrêmement fruité, litchis, fruits exotiques, visiblement dû au mélange houblon-rhubarbe qui annonce une bière fort sympathique…
goût bien équilibré, entre le sucre, l’acidulé et l’amertume. Cette dernière se ressent jusque sur la finale mais ne domine jamais la dégustation.
les arômes de fruits et de houblon se mélangent avec bonheur pour offrir un cocktail aromatique frais et printanier
la pétillance est subtile et pas agressive

Note :

Mon épouse
Moi

Appréciation : Je connaissais déjà cette bière que j’ai eu l’occasion de boire à la pression dans un bar toulousain. J’en avais un très bon souvenir, confirmé par cette nouvelle dégustation. Je commence à réaliser que les bières qui me plaisent le plus sont celles qui possèdent un réel équilibre et une finesse particulière. Pour avoir discuté hier avec un autre heureux détenteur du beery christmas 2015, je me rends compte que mes goûts évoluent et que nos avis divergents sont riches de discussions passionnantes et instructives. En conclusion, la 3e bière que je qualifierais d’excellente dans ce calendrier.


Jour 9 : Paulaner Salvator

(Allemagne)

P1060293P1060294

Observations : robe ambrée foncée, mousse fine à la persistance moyenne
nez discret sur le caramel
goût équilibré, pas trop sucré à mon sens, et une amertume discrète sur l’attaque et la finale, douce sensation de chaleur grâce à l’alcool qu’on ne sent pas hormis cela
l’arôme de caramel bien torréfié vient s’appuyer sur l’amertume pour donner une sensation proche de la réglisse
pétillance plutôt légère

Note :

Mon épouse
Moi

Appréciation : une bière que je voulais gouter : c’est maintenant chose faite ! elle est techniquement irréprochable, et plutôt originale pour une brasserie aussi importante que Paulaner. Une bonne surprise, mais finalement un peu en dessous de celles qui ont précédé selon moi.


Jour 8 : De Prael Tripel

(Pays-Bas)

P1060291 P1060292

Observations : robe blonde trouble, assez claire pour une bière annoncée triple, mousse peu persistante et fine ;
nez sur la levure, puis senteurs de fleurs et épices ;
goût savoureusement équilibré : l’alcool est parfaitement contenu par l’acidité presque, imperceptible, donnant une bière plutôt sèche ;
côtés arômes, c’est l’explosion : les épices, le malté, le houblonnage, on sent chaque composante du tout premier instant jusque bien longtemps après ;
la bulle est légère, donnant une pétillance subtile, à l’image de la bière.

Note :

Mon épouse stars_4
Moi stars_4

Appréciation : encore une bière délicieuse : la dégustation peut laisser croire de prime abord qu’il s’agit d’une bière légère, mais cette impression est due à un équilibrage subtil des saveurs et des arômes… c’est du grand art… au final, il s’agit plutôt d’une bière gourmande, qui se déguste parfaitement seule puisqu’elle mobilise nos sens pour un long moment de plaisir !


Jour 7 : Alvinne Mad Tom

(Belgique)

P1060289 P1060290

Observations : robe très pale, bien trouble, mousse très légère, presque absente, et pour cause le style bitter (anglais) est a priori très peu carbonaté ;
nez de levure intense, avec des notes de houblon ;
corps très léger, mais goût bien équilibré, tout de même en faveur d’une amertume plutôt marquée et qui évolue dans le temps, restant présente un long moment ; on sent également les notes acidulés du houblon ;
l’arôme de la levure est très présent et donne au breuvage cette caractéristique sensation de bière artisanale ;
la pétillance est très légère, ce qui reste conforme au style et à l’observation de la mousse.

Note :

Mon épouse 

Moi

Appréciation : une excellente bière, avec le goût prononcé de levure que j’adore dans les artisanales, et qu’on retrouve de moins en moins souvent, les brasseurs, même artisanaux, ayant tendance à trop filtrer leur produits avant embouteillage (je pense). L’amertume est marqué mais maitrisée, et je préfère quand on s’approche de ce type d’équilibre…

Je n’avais jamais bu de bière de ce style, et j’avoue avoir particulièrement apprécié l’expérience !